Un

Le Bibliomane fut, d’abord, matelot (au commerce)
et n’eut, longtemps, qu’un seul livre :
un souvenir de son père qu’il transportait
partout, comme un talisman. Sans jamais
l’ouvrir, même pour le feuilleter.